Mission permanente de l'Ukraine à la Direction de l'ONU et d'autres organisations internationales à Genève

, Kyiv 00:31

Organisation internationale du Travail

L’Organisation internationale du Travail (OIT) est la seule agence des Nations Unies dont les membres sont des représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs. Cette structure tripartite fait de l’OIT un forum unique où les gouvernements et les partenaires sociaux de ses Etats Membres peuvent discuter ouvertement, en toute liberté, de leurs expériences et comparer leurs politiques nationales

L’OIT a été fondée en 1919 sous l’égide du Traité de Versailles, qui a mis fin à la Première Guerre mondiale. La création de l’OIT s’inscrivait dans le droit fil de la réflexion selon laquelle une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale.

La Constitution de l’OIT a été élaborée entre janvier et avril 1919 par la Commission de la législation internationale du travail.

Aujourd’hui, l’OIT compte 185 Etats Membres. En plus des Etats qui étaient déjà membres de l’Organisation internationale du Travail le 1er novembre 1945, tout Etat membre fondateur des Nations Unies et tout nouvel Etat admis comme membre de l’ONU par décision de l’Assemblée générale a vocation à devenir membre de l’OIT en communiquant au Directeur général son acceptation formelle des obligations découlant de la Constitution de l’Organisation.

La Conférence générale de l’Organisation internationale du Travail peut également admettre de nouveaux Membres par un vote acquis à la majorité des deux tiers des délégués participant à la session, y compris les deux tiers des représentants des gouvernements présents et votants.

L’OIT a pour vocation de promouvoir la justice sociale et les droits internationalement reconnus de la personne humaine et du travail. Elle remplit ainsi sa fonction première qui consiste à œuvrer en faveur de la paix sociale, condition essentielle à la prospérité. Une des priorités actuelles de l’OIT est de favoriser la création d’emplois décents et l’émergence d’un contexte économique et de conditions de travail permettant aux travailleurs et aux chefs d’entreprise de participer aux efforts en vue de la paix durable, la prospérité et le progrès social. Sa structure tripartite constitue une plateforme unique pour promouvoir letravail décent pour tous les hommes et les femmes. Sa mission est de promouvoir les droits au travail, favoriser la création d’emplois décents, améliorer la protection sociale et renforcer le dialogue social pour résoudre les problèmes liés au monde du travail.

La mission de l’OIT s’articule en quatre grands objectifs stratégiques

1. Promouvoir et mettre en œuvre les principes et les droits fondamentaux au travail

2. Accroître les possibilités pour les hommes et les femmes d’obtenir un emploi et un revenu décents

3. Etendre le bénéfice et l’efficacité de la protection sociale pour tous

4. Renforcer le tripartisme et le dialogue social

Pour atteindre ces objectifs, l’OIT dispose d’un incomparable capital d’expertise et de connaissances sur le monde du travail qu’elle a acquis en près de cent années consacrées à satisfaire les aspirations des peuples du monde entier à des emplois et des revenus décents et à la dignité. Elle est au service de ses mandants tripartites et de la société tout entière à travers une série d’activités, et notamment:

  • Formulation de politiques et de programmes internationaux pour promouvoir les droits fondamentaux de l’homme, améliorer les conditions de vie et de travail et multiplier les possibilités d’emploi.
  • Elaboration de normes internationales du travail étayées par un système de contrôle unique en son genre.
  • Vaste programme de coopération technique internationale conçu et exécuté en partenariat avec les mandants, afin d’aider les pays à faire fonctionner concrètement ces politiques.
  • Activités de formation, d’éducation et de recherche à l’appui de toutes ces initiatives.

L’action de l’OIT repose sur l’indispensable coopération entre les gouvernements et les organisations d’employeurs et de travailleurs, en vue de favoriser le progrès économique et social.

L’OIT s’emploie à répondre aux besoins des travailleuses et des travailleurs grâce à des normes du travail, des politiques et des programmes conçus et élaborés conjointement par les gouvernements, les travailleurs et les employeurs. La structure de l’OIT, au sein de laquelle les syndicats et les organisations patronales participent aux délibérations sur un pied d’égalité avec les gouvernements, incarne le dialogue social en action. Elle veille à ce que les points de vue des partenaires sociaux soient fidèlement reflétés dans les normes du travail, les politiques et les programmes de l’OIT.

L’OIT encourage ce tripartisme parmi ses mandants et ses Etats Membres en facilitant le dialogue social entre syndicats et organisations d’employeurs pour formuler, et le cas échant mettre en œuvre, une politique nationale en matière de questions sociales, économiques et dans d’autres domaines.

L’OIT mène son action grâce à trois organismes principaux (la Conférence internationale du Travail, le Conseil d’administration et le Bureau) qui associent tous trois des représentants gouvernementaux, travailleurs et employeurs.

Le Conseil d’administration et le Bureau sont secondés dans leur mission par des commissions tripartites qui couvrent les grands secteurs d’activités. Ils sont également soutenus par des comités d’experts sur des sujets comme la formation professionnelle, la formation à la gestion, la santé et la sécurité au travail, les relations professionnelles, l’éducation ouvrière et les problèmes spécifiques liés aux femmes et jeunes.

Des réunions régionales des Etats Membres de l’OIT ont lieu régulièrement afin d’étudier les questions qui concernent particulièrement telle ou telle région.

Les normes internationales du travail et les grandes orientations de l’OIT sont déterminées par la Conférence internationale du Travail qui se réunit chaque année. Souvent désignée comme le parlement international du travail, cette Conférence est aussi un forum de discussion pour les principales questions de travail et de problèmes sociaux.

Conseil d’administration Le Conseil d’administration est l’organe exécutif de l’OIT; il se réunit trois fois par an à Genève. Il prend des décisions relatives à la politique de l’OIT et établit le programme et le budget qui sont ensuite soumis pour adoption à la Conférence.

Le secrétariat de l’OIT, son siège opérationnel, son centre de recherche et sa maison d’édition sont réunis au sein du Bureau international du Travail, à Genève. L’administration et la gestion sont décentralisées dans les bureaux de terrain, régionaux ou de zone.

Un nouveau Directeur général est élu tous les cinq ans par le Conseil d’administration. Recevant des instructions du Conseil d’administration, il/elle est responsable de la bonne marche du Bureau et de toute autre tâche qui lui aura été confiée.

Le tribunal administratif de l'OIT examine les requêtes formées par les fonctionnaires du BIT et des autres organisations internationales qui ont reconnu sa compétence juridictionnelle. Il est aujourd'hui ouvert à environ 38 000 fonctionnaires internationaux employés ou anciens employés d'une cinquantaine d'organisations.

La recherche accompagne et renforce l’ensemble des activités de l’Organisation et l’OIT est universellement considérée comme une source de connaissances sur le monde du travail faisant autorité. L’Organisation a mis en place des instituts et des centres qui apportent un appui spécialisé aux bureaux et aux mandants de l’OIT.

Depuis le début des années 1950, l’OIT fournit une coopération technique aux pays de tous les continents et à tous les stades du développement économique. Les projets sont mis en œuvre grâce à une étroite coopération entre les pays bénéficiaires, les bailleurs de fonds et l’OIT qui dispose d’un réseau de bureaux de terrain dans le monde entier.

Le programme et le budget de l’Organisation qui définissent les objectifs stratégiques et les résultats attendus de l’action menée par l’Organisation sont approuvés tous les deux ans par la Conférence internationale du Travail.

Les normes internationales du travail sont adossées à un système de contrôle qui contribue à garantir que les pays mettent en œuvre les conventions qu’ils ratifient.